Partenariat

 

 

 

 

CONSEIL DES COMMUNAUTES AFRICAINES EN EUROPE ET EN BELGIQUE

 

Le partenaire local : Centre de Formation et d’Appui aux Initiatives Locales

 

Le CEFAIL fut créé le 23 juin 1995 et possède le statut juridique d’organisme non-gouvernemental pour le développement. Son siège social se trouve à Lomela Centre, District du Sankuru, Province du Kasaï Oriental en République Démocratique du Congo. Ses actions touchent principalement les zones rurales (76%) mais également les zones urbaines (24%).

 

Les fondateurs définissent le centre comme « une institution d’extension locale, régionale et nationale, indépendante de toute autre organisation existante, sans durée déterminée ni but lucratif, qui regroupe et représente, conformément aux lois de la République Démocratique du Congo, les différentes personnes physiques et morales partenaires, suivant les directives d’actions concrètes de développement local et social.» (CEFAIL, 1995).

 

CEFAIL propose des activités de formation qui peuvent prendre la forme des sessions de formation et de perfectionnement des agents et acteurs de développement, de journées de réflexion, de débats, de rédaction, de diffusion et de sensibilisation de la population.

Il utilise et développe, dans ses activités de formation, des méthodes pédagogiques issues des principes de l'éducation au développement et pour le bien-être social.

La formation offerte par cette institution s’inscrit dans la grande tradition de l’éducation des jeunes et adultes pour le développement.

 

En plus de la formation offerte, le Centre s’assure de fournir les appuis techniques et financiers nécessaires aux organisations de base, aux associations et initiatives locales qui travaillent pour les intérêts communs et l’amélioration des conditions de vie de plus démunis.

 

Deux principes de travail caractérisent CEFAIL : le développement local par accompagnement et le développement à large échelle par une stratégie proche ou à distance.

Le Centre a cinq programmes adaptés à l’environnement socio-économique de la zone d’intervention. Parmi les cinq, trois s’adressent à des couches sensibles (les pygmées, les artisans sans ateliers, les jeunes décrocheurs, les femmes vulnérables, les analphabètes, les ex-enfants soldats, etc.) et les deux autres répondaient à une demande sociale. Ces programmes vont de l’agriculture à l’artisanat en passant par la promotion de la femme ainsi que la création d’emplois par la formation et la sensibilisation.

 

Le projet "d’Appui à l’agriculture familiale pour la lutte contre la famine et la pauvreté dans le territoire de Lomela et ses environs (Territoire de Lodja et d’Ikela)" a débuté officiellement le 1er septembre 2011 et s'inscrit dans la réalisation du Cadre Stratégique 2008-2013 de CCAEB, accepté par la Direction Générale de Coopération Belge au Développement (DGCD).

 

Les deux partenaires se sont proposé d’agir dans ce sens étant donné le bilan relativement négatif de la situation agricole de cette région. Les principaux facteurs qui expliquent ce faible développement du secteur agricole sont :

 

* Le faible rendement des cultures causé par la réduction de la fertilité dans certains endroits où les agronomes n’interviennent pas, l’inefficacité de l’outil de travail dont disposent certains agriculteurs et agricultrices, la dégénérescence des semences, les maladies des plantes et les ravageurs de champs non protégés;

* La détérioration des circuits de commercialisation à causes de la quantité insuffisante de la production vivrière et pérenne, les mauvais états des routes et ’insuffisance de moyens de transport disponibles au Sankuru;

* L’insuffisance de diversification des cultures et le faible échange des produits entre les secteurs et territoires du Sankuru ;

* L’inefficacité des structures d’encadrement technique.

 

Stratégie d’intervention du projet

 

Comme prévu dans le dossier technique, la stratégie prévue a consisté à effectuer le travail dans deux axes : horizontal et vertical, de manière simultanée. L’axe horizontal a consisté à travailler sur le renforcement des capacités d’intervention des acteurs impliqués dans la réalisation de cette action. D’abord les acteurs internes (CEFAIL, Equipe de projet, Comités de Gestion d’Axes et de Moulin), puis les acteurs externes (les agronomes, les animateurs et les moniteurs agricoles).

Quant à l’axe vertical, il consiste à augmenter la production agricole en disposant les outils aratoires adaptés et des semences de bonne qualité à chaque début de saison culturale.

Ces deux composantes doivent assurer la mise en place d’un système où après le désengagement, les acteurs locaux, femmes et hommes, continueront les actions.

L’acquisition des connaissances en techniques culturales et leurs maîtrises par tous les bénéficiaires finaux permettra de constituer un environnement viable pour poursuivre les activités après le financement externe.

 

Au fur et à mesure que les activités du projet se développaient, et avec la mise sur pied des Comités de gestion d’axes, il est apparu important d'élaborer un plan concerté de synergie avec les autres intervenants sur le terrain. Plusieurs structures, notamment ADIS, FAO Antenne du Sankuru, ADILO ont été contacté par CEFAIL et le projet à ce sujet.

 

Nature du partenariat

 

Par rapport aux exigences de certains bailleurs de fonds comme la DGD, le CCAEB a placé la composante « renforcement de capacités » de l’acteur local comme une des priorités dans ce projet.

Ce renforcement de capacités est indissociable du partenariat à long termes qui est au cœur de l’action. Le renforcement de capacités de CEFAIL a influé à deux niveaux : celui de l’organisation partenaire en tant qu’acteur principal de la mise en œuvre de cette action et bénéficiaire direct du renforcement et les paysan(ne)s en tant que bénéficiaires finaux de ce projet.

Comme chacun des deux volets a demandé une approche et une démarche particulière, une définition des priorités et leur évolution étaient devenues essentielles pour réussir dans ce renforcement des capacités.

Le renforcement des capacités du partenaire local se situe à plusieurs niveaux :

-Une formation préalable en gestion de cycle de projet

-Un appui organisationnel, technique et logistique

-Un appui logistique

 

 

© COPYRIGHT 2013 - CCAEB. Tous droits réservés.

N° d’entreprise : 0452335447